Saint-Michel les Clauses

39,00 CHF

(9,75 CHF les 75 cl)

TTC

Appellation : IGP PAYS D'OC (Languedoc)
Vigneron : Michel Raynaud
Terroir : éboulis calcaires sur marnes
Cépages : Marsanne (30 %) Chardonnay (25 %) Vermentino (20 %) Grenache blanc (15 %) Carignan blanc (5 %) Viognier (5 %)
Millésime : 2017

Quantité

Description

Michel Raynaud, vigneron atypique et créatif de la région des Corbières, est un génial 
alchimiste lorsqu’il s’agit de marier des cépages qui n’ont pas l’habitude de se fréquenter.
Il nous a assemblé un Pays d’Oc blanc avec un bouquet de cépages pour le moins inattendu : Chardonnay, Marsanne, Vermentino, Grenache, Carignan blanc et Viognier. Le résultat est éblouissant, et déboussolera les experts en dégustation qui seront bien en peine d’en deviner l’origine… « Je l’ai sculpté comme un Châteauneuf !» lance Michel Raynaud comme une provocation, avec son accent rocailleux, qui, lui, ne laisse aucun doute sur sa provenance.
• Puissance : Puissant
• Caractère : Floral
• Quand ? : À l'apéritif, Un repas
• Avec qui ? : Entre amis (philosophes)
Avec quoi ?
Poissons
noir-blanc.png
L'avis de Bruno Quenioux
De couleur jaune d'or clair, limpide, visqueux, avec des reflets verts. Le nez est bien présent, profond et élégant, où se mêlent les arômes de fruits d’agrumes, de pamplemousse, de fleurs d’acacia sauvage et de pêche, avec des notes d’iode et d’anis. La bouche est ample, harmonieuse, le goût est persistant, avec une belle fraîcheur anisée.

Daube de thon catalane, ceviche de poissons gingembre, dorade en croûte de sel.





Raisins blancs pour un cubi d'exception

L’IGP Pays-d’oc : la vigne antique

Deux modes de viticultures se côtoient en Languedoc-Roussillon. Les premières traces de vignes remontent à l’époque grecque, à l’ouest du Rhône. Les écrits rapportent des vignobles courts, constitués de gobelets qui, en raison de leur faible hauteur, ne nécessitaient aucun appui. Lorsque les Romains prirent possession de ces terres, ils imposèrent une méthode de viticulture appelée « étrusque », qui consistait, au contraire, à faire pousser la vigne sous la forme de treille et à la développer en pergola, le tout maintenu par des arbres.

Hauteur, pas forcément synonyme de qualité


Au Moyen Âge, la vigne basse diminue, au profit de la vigne haute, cultivée dans les jardins. Une grande partie du vignoble bas fut chassé dans les montagnes pour privilégier l’agriculture. À la Renaissance, l’effet inverse se produit : la vigne, plus rentable, retrouva la plaine, sous sa forme grimpante. La vigne haute, en particulier dans une période où les vignerons ont dû faire face aux maladies et au gel, assurait une protection naturelle. Jusqu’à la Révolution française, cette technique s’est étendue plus que de raison, au point que pour améliorer la qualité de leur vin, les grands propriétaires décidèrent de revenir à une culture basse et en éradiquèrent une grande partie.

Depuis cinq générations, le domaine de Saint-Michel les Clauses produit un vin de la manière la plus naturelle possible. À sa tête, Michel Raynaud a mis au point pour BiBoViNo ce vin blanc d’exception en cubi (bib).

5 Produits